À l’Index! Regards sur la censure littéraire au Québec : lumière sur un pan méconnu de l’histoire parlementaire québécoise

Au Québec, la censure littéraire se manifeste à toutes les époques. Elle touche tous les types d’imprimés et se révèle sous différents aspects en fonction du contexte sociétal qui la crée et la subit simultanément. Présentée à la Bibliothèque depuis le 28 septembre 2021, l’exposition À l’Index! Regards sur la censure littéraire au Québec propose de découvrir des imprimés québécois qui subirent une forme de censure au cours de leur existence. Par l’entremise des collections de la Bibliothèque de l’Assemblée nationale, le public est invité à découvrir un extrait du patrimoine littéraire québécois qui fut frappé d’interdit à différentes époques, ainsi que les modalités d’application des sanctions imposées. Ce faisant, c’est une facette peu connue de l’histoire de la littérature québécoise qui est révélée à travers des ouvrages issus de différents genres littéraires.

Ernest Myrand, historien, romancier et bibliothécaire

Grâce à ses nombreuses publications, Ernest Myrand est une figure reconnue du milieu des lettres de son époque. Pourtant, la vie de l’homme demeure méconnue. Il n’a fait l’objet d’aucune biographie importante et ses écrits n’ont fait l’objet d’aucune étude exhaustive dans l’historiographie récente. Bien qu’il n’existe aucun fonds d’archives au nom d’Ernest Myrand, il est possible de retracer son éparse correspondance qui demeure pour l’instant totalement inexplorée.