À l’Index! Regards sur la censure littéraire au Québec : lumière sur un pan méconnu de l’histoire parlementaire québécoise

Au Québec, la censure littéraire se manifeste à toutes les époques. Elle touche tous les types d’imprimés et se révèle sous différents aspects en fonction du contexte sociétal qui la crée et la subit simultanément. Présentée à la Bibliothèque depuis le 28 septembre 2021, l’exposition À l’Index! Regards sur la censure littéraire au Québec propose de découvrir des imprimés québécois qui subirent une forme de censure au cours de leur existence. Par l’entremise des collections de la Bibliothèque de l’Assemblée nationale, le public est invité à découvrir un extrait du patrimoine littéraire québécois qui fut frappé d’interdit à différentes époques, ainsi que les modalités d’application des sanctions imposées. Ce faisant, c’est une facette peu connue de l’histoire de la littérature québécoise qui est révélée à travers des ouvrages issus de différents genres littéraires.

Le parlement de Québec de Fleurimond Constantineau (1905-1981)

Depuis sa construction, l’hôtel du Parlement a fait l’objet de nombreuses représentations sur support photographique ou sur des objets souvenirs. Toutefois, malgré son prestige et sa position dominante sur la ville, rares sont les peintres qui ont choisi l’édifice conçu par Eugène-Étienne Taché pour sujet. L’Assemblée nationale était donc fière, en 2011, d’avoir l’occasion d’enrichir ses collections par l’acquisition d’une huile sur toile qui montre la façade de l’hôtel du Parlement avec le fleurdelisé déployé sur la tour centrale.

Chapitre 1 – Le climat et ses perturbations (5e partie)

La Bibliothèque de l’Assemblée nationale propose une série de notes synthétiques expliquant les principaux aspects des changements climatiques. Le présent article constitue la dernière des cinq parties du premier chapitre. Nous y explorerons les répercussions actuelles et anticipées des changements climatiques sur les aspects physique et biologique de notre environnement.

Chapitre 1 – Le climat et ses perturbations (4e partie)

La Bibliothèque de l’Assemblée nationale propose une série de notes synthétiques expliquant les principaux aspects des changements climatiques. Le présent article constitue la quatrième des cinq parties du premier chapitre. Nous y démystifierons la modélisation climatique afin de présenter brièvement les scénarios d’émissions de GES et les projections climatiques utilisées pour prévoir le climat futur.

Chapitre 1 – Le climat et ses perturbations (3e partie)

La Bibliothèque de l’Assemblée nationale propose une série de notes synthétiques expliquant les principaux aspects des changements climatiques. Le présent article constitue la troisième des cinq parties du premier chapitre. Nous y ferons un tour d’horizon des principaux changements du climat observés à ce jour dans le monde.

Abolir le changement d’heure au Québec : un débat qui date

La pratique du changement d’heure au Québec date d’un peu plus d’un siècle. Elle visait à l’origine à « maximiser » le temps d’exposition à la lumière du jour de manière à réduire le besoin d’éclairage artificiel. En vertu de la Loi sur le temps légal, le 6 novembre 2021, presque toute la population du Québec suivra l’exemple de plus de 1,5 milliard de personnes dans près de 80 pays et reculera ses horloges d’une heure pour revenir à l’heure normale de l’Est.

Chapitre 1 – Le climat et ses perturbations (2e partie)

La Bibliothèque de l’Assemblée nationale propose une série de notes synthétiques expliquant les principaux aspects des changements climatiques. Le présent article constitue la seconde des cinq parties du premier chapitre. Nous y esquissons un portrait des gaz à effet de serre (GES) présents dans l’atmosphère et y dressons un bilan mondial de leurs émissions.

Chapitre 1 – Le climat et ses perturbations (1re partie)

La Bibliothèque de l’Assemblée nationale propose une série de notes synthétiques expliquant les principaux aspects des changements climatiques. Le présent article constitue la première des cinq parties du premier chapitre. Nous tâcherons d’y définir la notion de climat et de cerner les principaux facteurs, naturels et anthropiques, qui l’influencent.

En bref : l’économie circulaire comme solution aux défis environnementaux du Québec

La mise à l’arrêt brusque de pans entiers de l’économie en raison de la pandémie de COVID-19 a réduit temporairement la pression sur certains écosystèmes en plus de causer un fléchissement des émissions de gaz à effet de serre (GES). Le sursis risque toutefois d’être bref. Déjà, les plans de relance se préparent, ravivant les inquiétudes sur les conséquences écologiques d’un modèle économique fondé sur la croissance infinie de l’exploitation des ressources naturelles. Aux yeux des groupes écologistes, de chercheurs et d’entrepreneurs, l’occasion est favorable pour rebâtir l’économie sur de nouvelles assises. À cet effet, l’économie circulaire est souvent citée comme l’un des piliers sur lesquels on devrait baser un modèle économique mieux adapté aux défis du XXIe siècle. Des projets concrets, qui ne relèvent pas d’une quelconque utopie écologiste, mais qui au contraire s’accordent aux impératifs de notre époque, témoignent de cet intérêt à concilier environnement et économie.

Matière à réflexion : hausse du prix des terres agricoles

Dans plusieurs régions du Québec, les lots de terre se font de plus en plus rares. Sous la pression de promoteurs et d’investisseurs non traditionnels, le marché immobilier rural est à la hausse. Le rapport de Financement agricole Canada (FAC) sur la valeur des terres agricoles en 2020, publié en mars 2021, indique une augmentation moyenne de 7,3 % du prix des terres pour l’ensemble du territoire québécois.
Ce contexte mine la capacité de la relève agricole québécoise. Faute de moyens financiers, les jeunes agriculteurs doivent souvent se contenter de louer une terre, inhibant par le fait même les investissements nécessaires à l’expansion de leur exploitation.
Première lecture propose ici une nouvelle fiche d’information Matière à réflexion qui brosse un portrait des principaux facteurs contribuant à la hausse du prix des terres agricoles.